PROVENSOL | CAUCHEMARS
Accueil > Evènements > La face cachée de la décroissance

Conférence débat

La face cachée de la décroissance

Jeudi soir 19 octobre 2006, Salle Jean et Pons de Dieu, Arles

mercredi 18 octobre 2006, par hl

Cyril DI MEO, enseignant en sciences économiques et sociales est l’auteur du livre « La face cachée de la décroissance ». Pour alimenter le débat de la conférence de ce jeudi soir en Arles, Journarles présente ici les observations de Jean Marie Harribey, conseil scientifique d’ATTAC à l’égard de la décroissance (Extrait de Politis No 917 - 14/9/06).

Les dangers du discours sur la décroissance

Cyril Di Méo et Jean-Marie Harribey

Les « marches pour la décroissance » se sont multipliées cet été, traduisant l’installation de la notion de décroissance au sein de la galaxie altermondialiste. Cet attrait nouveau a l’avantage, diront certains, de mettre la question écologique au centre d’une mouvance souvent productiviste qui « oublie » l’écologie. Mais cela se fait avec la propagation d’idées relativement dangereuses dépassant la seule question écologique. La critique de l’ « économicisme », l’éloge de la pauvreté et la promotion d’une « sortie de l’économie monétaire » montrent que c’est à la modernité que s’attaquent les décroissants, beaucoup plus qu’au capitalisme réel, notamment celui de la phase néolibérale actuelle.
Economie, « économisme », éc« onomicisme », « oxymore de l’économie sociale », les néologismes sont de plus en plus nombreux pour critiquer la domination du développement, de l’économie et du libéralisme. Mais, plus qu’une pensée critique de la forme capitaliste de
l’économie moderne, c’est une remise en cause générale de l’économie sous couvert d’une
dénonciation de l’économisme qui est en jeu. L’économie est « essentialisée », « occidentalisée » sur la base d’un anti-marxisme et d’un anti-libéralisme primaires. D’une part, les décroissants rejettent une des principales avancées de l’économie politique marxiste : la description de différents modes de production, de consommation et de répartition des richesses, montrant que ces systèmes prennent des formes culturelles et historiques variables. D’autre part, ils attaquent le libéralisme pour ce qu’il a d’ « européocentré », d’ « occidental », d’ « économiciste », notions extrêmement vagues, et non pas pour ce qu’il représente en termes de rapports sociaux. Ils se privent ainsi d’une économie politique réelle au profit de la promotion d’un imaginaire « nonéconomiciste » et ils passent à côté des destructions modernes du capitalisme, notamment la précarisation croissante. C’est d’ailleurs pour cela que leur éloge récurrent et général de la pauvreté, de la frugalité, de la simplicité volontaire pose question à un moment où le capitalisme crée de plus en plus de pauvreté subie. La substitution d’une critique esthétique ou métaphysique à une critique sociale du capitalisme n’est donc pas sans dangers.

Mais, là où la décroissance pose le plus de problèmes aux défenseurs des services publics et non marchands, c’est dans les propositions de « sortie » de l’économie monétaire ou de l’ économie.
Les décroissants vantent l’autoproduction, le don, les systèmes d’échange locaux (d’autant plus qu’ils peuvent passer pour être du troc) et nombre d’autres formes d’échange non monétaires. A titre individuel, ces expériences sont respectables et souvent utiles, mais, à titre collectif, elles posent de lourds problèmes. La monétarisation de la production et de la consommation permet, au delà de la sphère marchande et via les prélèvements obligatoires, leur socialisation partielle dans le cadre de l’Etat-Providence. Assurance maladie, assurance chômage, retraites par répartition sont assises sur cette économie monétaire. Et c’est au nom d’une solidarité collective obligatoire et anonyme que s’exerce cette protection, c’est-à-dire une certaine redistribution. Que deviendraient ces solidarités institutionnalisées, obtenues par les luttes sociales, dans une société de décroissance démonétarisée ? Hélas, il y a tout à parier, qu’elles disparaîtraient au profit de protections, individuelles, familiales ou communautaires.

Plus que jamais, les altermondialistes doivent être attentifs à ce qu’en leur sein n’apparaissent pas les idéologies qui accompagnent la destruction des rares avancées du salariat, notamment les systèmes de solidarité institutionnilasisés par la protection sociale et l’éducation pour tous.

Hélas, cette propagation des thèses décroissantistes est facilitée par la rigidité des positions productivistes, sourdes à l’écologie, encore fréquentes au sein du mouvement social et de l’altermondialisme. Mais la « sortie » de l’économie et des échanges monétaires serait périlleuse pour les systèmes de solidarité. Car la décroissance, plus qu’une critique écologique du productivisme, est bien une remise en cause des modes de socialisation contemporains de la richesse. Il y a donc urgence à ne pas laisser l’écologie aux seules mains des décroissants et à penser un développement alternatif de qualité. Les voies d’une socialisation démocratique et d’une écologisation de l’activité économique restent à explorer. La part des activités non marchandes, c’est-à-dire dont le financement est collectif, doit progressivement s’étendre au détriment de la sphère de la marchandise qui ne peut être confondue avec la sphère monétaire. La réduction des inégalités, au Nord comme au Sud de la planète, pourra se faire essentiellement par le biais de l’augmentation et de l’amélioration des services publics, de la protection sociale, de l’éducation, et par celui d’une répartition entre tous du travail à accomplir pour que chacun ait à moins travailler. Refuser l’idéologie de la décroissance n’enlèvera pas la nécessité de déconnecter progressivement le développement de la croissance, dès lors que les besoins essentiels sont satisfaits, parce que le mieux-être ne peut s’identifier perpétuellement au plus-avoir, mais cela n’a rien à voir avec un refus aveugle de la modernité et de la raison.

Cyril Di Méo, économiste, a publié "La face cachée de la décroissance, La décroissance :
une réelle solution face à la crise écologique ?"
, Paris, L’Harmattan, 2006 ; http://cyril-dimeo.overblog.com
Jean-Marie Harribey, économiste, a dirigé pour Attac "Le Petit Alter, Dictionnaire
altermondialiste", Paris, Mille et une nuits, 2006 ; http://harribey.u-bordeaux4.fr

6 Messages

  • La face cachée de la verdure 19 octobre 2006 10:22, par etienne

    salut les amis,
    quelle curieuse idée cette conférence, alors qu’aucun débat (à ma connaissance, elle-même limitée) au sujet de la décroissance n’a été proposé à Arles. Quel plaisir de tirer sur l’ambulance ? Je comprends pas ... la folie des débats, la grandeur de la polémique ?
    C’est bien dommage.
    Je suis presque déçu, je croyais un peu en votre perspicacité. dommage.

    étienne

    repondre message

    • La face cachée de la verdure 19 octobre 2006 13:30

      salut

      A ma connaissance il y a déjà eu au moins une conférence sur la décroissance à Arles présentée par Jean-Claude Besson-Girard. C’était lors de la semaine de la terre en 2003 et journArles, bien que né quelques temps plus tard, a reporté le programme de l’évènement.
      De mon côté j’espère qu’on pourra sauter sur l’occasion de cette conférence pour parler de la décroissance, et en défendre le concept face à cette attaque peu convaincante.

      arnaud

      repondre message

  • Décroissance. Vive le débat ! 28 octobre 2006 20:07, par Alain Py

    A moins d’être une candidate (autoritaire), on ne peut craindre le débat sur ce thème comme sur tous les thèmes.

    Et il est bon de voir des attitudes critiques sur tous les sujets. A moins que ne veuille n’avoir que des bréviaires.

    L’esprit libre, rationaliste, c’est l’esprit critique.
    Le contraire c’est le dogme (politique ou religieux, ou les deux).

    repondre message

    • Décroissance. Vive le débat ! 7 juillet 2011 09:48

      Ne pas confondre critique et polémique... la critique est informée, rationnelle, elle parle de quelque chose qui existe, dont on peut vérifier l’existence. Doit-on débattre longtemps sur la reproduction des chimères en Asie centrale ?... Le livre de Di Méo a construit un objet qui n’existe pas, et ensuite il le détruit. Ce n’est pas du débat mais de la perte de temps. Quel que soit l’avis qu’on peut avoir sur la décroissance, pour ou contre, un minimum, pour échapper au dogmatisme comme vous dites, est d’avoir pris connaissance du sujet.

      repondre message

  • La face cachée de la décroissance 14 juin 2010 17:52, par David

    Je suis étudiant... j’ai lu environ 30 livres sur la décroissance et participé à de nombreux colloque. J’ai trouvé le livre de Mr Di Méo tout simplement hors sujet. Il traite de tout sauf de l’objection de croissance. Peut-on vraiment parler de critique si il s’agit en réalité de focaliser l’attention sur quelques incohérences que font l’objet des minorités au sein de la décroissance en vue d’en faire une généralité ?! Non, l’auteur à volontairement fait preuve de malhonnêteté intellectuelle ou d’un flagrant manque de connaissance sur le sujet. Ça manque énormément de participation, de recherche active (chercheurs, sortez de vos bureaux...) et de source "fiables" et neutres. Très décevant pour ma part.

    repondre message

  • La face cachée de la décroissance 10 juillet 2010 02:44, par Cyril

    Bonjour,

    Je viens de terminer ce livre. Je suis totalement indigné par ce qu’on peut y lire ! A croire que l’auteur n’a fait que survoler trois livres sciemment choisit et recherché "là citation" clé (sur google) pour dénigrer un concept dont il ignore tout. Un chercheur se doit de rencontrer, questionner, observer le sujet. Ici ? rien ! insultes, dénigrement, invectives et surtout : 15 sous entendus péjoratifs par page le tout enrobé, il faut l’avouer, dans une belle écriture. Ca sent le subjectivité dès les premières pages. Vraiment honteux !

    Je déconseil fortement ce livre pour ceux qui recherchent une critique objective de la décroissance.

    repondre message

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional