PROVENSOL | CAUCHEMARS

L’Ile aux Fleurs

Un chef d’oeuvre

samedi 17 juillet 2004, par Forum Civique Européen

Les tomates de la colère

L’île aux fleurs, court métrage hors norme sur les inégalités sociales au Brésil, collectionne les prix depuis 15 ans mais n’était pas distribué en France. L’erreur est aujourd’hui réparée.

Vous pouvez maintenant visionner ce film en direct sur journArles grâce à dailymotion.

Ça commence comme un cours d’économie expliquée aux enfants. Monsieur Suzuki vit près de Porto Alegre, au Brésil. Il cultive des tomates pour les vendre au supermarché. Madame Annette, look BCBG, vend des parfums en porte-à-porte. Elle les échange contre de l’argent, en réalisant un profit. Au supermarché, elle échange à son tour cet argent contre du porc et des tomates. De retour à la maison, une de ces tomates est jetée aux ordures, pour finir à la décharge de l’Ile aux fleurs, où elle sera mangée par des porcs. Une illustration humoristique et simple, voire simpliste, du fonctionnement des sociétés dites développées.

Patchwork étourdissant

Biographie d’une tomate... du producteur à la décharge de l’Ile aux Fleurs. Mais, en treize minutes toniques, le court métrage L’île aux fleurs va beaucoup plus loin. A tout moment, le film dérape, multiplie les détours et digressions. Une voix off monocorde explique sur un ton docte que les êtres humains sont des mammifères qui se distinguent par leur cerveau "hautement développé" et leur "pouce préhenseur". Que la tomate a commencé à être cultivée pour ses qualités alimentaires à partir de 1800. Que les monceaux d’ordures abritent des germes porteurs de maladies, lesquelles nuisent à la santé des êtres humains. Ce patchwork déroutant, étourdissant et fascinant, sur fond de bombes atomiques et de planches anatomiques fait sourire. Mais très vite, le sourire vire au jaune, puis disparaît. Car à la décharge de l’Ile aux fleurs, les ordures que les porcs ne trouvent pas à leur goût sont livrées à des êtres humains en haillons.

Primé mais pas joué

Sorti en 1989, L’île aux fleurs (titre original Ilha das flores) est né d’une révolte. Son réalisateur, Jorge Furtado, voulait tourner un documentaire sur le traitement des déchets. Scandalisé par le sort des miséreux de l’Ile aux fleurs, il a donné naissance à un petit film hors norme, primé dans plusieurs festivals, mais rarement diffusé en dehors du circuit des mouvements altermondialistes. L’erreur est aujourd’hui réparée : ce film est distribué en kiosque sur un double DVD livré avec le magazine Repérages, consacré aux vingt-cinq ans du festival du court métrage de Clermont-Ferrand. L’Ile aux fleurs y côtoie une vingtaine de petits films, dont quelques chefs-d’œuvre : Foutaises, premier court métrage de Jean-Pierre Jeunet, Le p’tit bal de Philippe Decouflé ou l’autrichien Copy Shop. Un excellent moyen d’associer curiosité économique et plaisir cinématographique.

http://www.terra-economica.info/a377.html

Répondre à cet article

JournArles | Ecrivez-nous | Maison de la vie associative, Boulevard des Lices, 13200 Arles
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0
Valid XHTML 1.0 Transitional